lundi 3 juillet 2017

L'Xtrem Breizh ou le Triathlon​ des sans-dent - petit CR

Les travaux de Lacan, prolongés par ceux du philosophe slovène Slavoj Zizek, insiste sur l'isomorphisme de structure entre l'oeuvre de Freud et celle de Marx. Différence sexuelle et différence de classe fondent la société dans le même champ, celui de l'inconscient. L'Xtrem Breizh allait m'en apporter une nouvelle fois la preuve.

Le but initial de l'opération était l'effacement de Nice 2013 et de son ko au 30ème kilo du marathon​, en coma hypoglycémique malgré (mais en fait à cause) de l'amas de gels, coca et autres sucres rapides​ pendant tout le parcours.

Dans les jours précédant le départ​ de cet Xtrem Breizh, ce qui semblait filtrer des diverses communications, à savoir la désorganisation comme règle, se confirme peu a peu. Indications​ et contre-indications s'enchaînent de la part d'un organisateur sympathique, totalement débordé, et dont la rondeur du bide indique que sa connaissance du triathlon se limite à ce qu'en dit wikipedia. 

Henri, un ancien de Poissy Triathlon n-fois embrunman, m'avait raconté son record dans ce genre de course, à savoir un triathlon dans un lieu improbable où l'organisation fit voter à main levée la longueur de la cap le matin du briefing avant course. J'étais prévenu : à partir d'un certain niveau de boxon, il faut débrancher !

Avec 30' de retard, mise à l'eau dans un joli capharnaüm (pas de marque, pas de signal etc...). Pas non plus d'arbitre sur canot, des mecs coupent les bouées, tout baigne. Je sors en 52'. Pour un niveau perso moyen @ 1h20, Holy Shit ! Les stages Insep ca paye un max !!

500 mètres à retraverser toute la plage, la route et le parking, sans un cm de tapis, ni de douche malgré les indications du ceum gros bidos (GB pour la suite), et déjà tout le parc de vélo ne parle que de ca, il manque 1k à la nat, nous n'avons fait que 2.8k. j'hésite entre aller fracasser mes carbones a pneu RAR nouvellement acquises sur la tronche de GB (méthode Magic Mag, elle se reconnaitra), ou repenser à toutes mes heures de préparation nat, me les carrer profond et enquiller le reste.

Pour le parcours bike, GB nous avait prévenu, tous les carrefours ne sont pas gardés. Ce qu'il a oublié de nous dire c'est que le fléchage est approximatif. Je me paume 2 fois. No stress, mon seul objectif est de finir.

Je démarre le marathon en mode gestion, un petit 8kmh de sénateur. Mais que nous réserve GB pour le run ? Rien de méchant, juste des emplacements de ravito mal choisis, des passages trail à courir sur le sable, et aucun tapis de chrono intermédiaire (d'où encore des mecs qui coupent le parcours). No stress. 5h42, pour une prise de risque minimale et aucun entraînement run 3 mois avant la course, j'achète.

Au total 14h15, on est loin des temps qui font rêver, mais pour le sans-dent triathlète que je suis, ça me va. Premier IM sans barquette ni perfusion à l'arrivée, mais 2 bonnes bières bien fraîches pour aider la réhydratation. Que demander de plus ?

De retour au parc à velo, GB nous en a réservé une petite dernière. Le parc a été entièrement démonté, les grilles et les supports enlevés, tous les vélos couchés par terre dans le bazar des affaires. En m'approchant. je m'aperçois que l'orga a même​ repris de mes porte-bidons les bidons distribués sur les ravitos. C'est alors que je comprend le 1er lien : on ne trouve jamais que ce qu'on est venu chercher : Xtrem Breizh, un triathlon par et pour les sans-dent !

De retour vers l'hôtel, je me fais la remarque technique que le kilo de nat manquant me fait stricto sensu échouer : je suis venu faire mon dernier IM, et ce n'a pas été un IM. Une fois de plus, la conclusion s'impose, le but initial d'effacement, la temporalité rétroactive de Hegel, est et reste du domaine de l'impossible, càd de l'inconscient. On ne trouve jamais que ce qu'on est venu chercher, mais sous forme inversée. Aurai-je le courage de remettre les couverts ?

Conclusion de la conclusion : Le triathlon c'est comme le sparadrap du capitaine Haddock, on s'en débarrasse pas comme ça !

Signé Vince Diesel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire