mercredi 28 juin 2017

Swim Run, sport de nageur ou sport de coureur, et autres questions que vous vous posez...

Swim Run de Vassivière, 18 juin 2017.

Le swim run, ce n'est pas du triathlon, mais depuis que certains membres éminents de la section (Guillaume, Eric, les Labry's brothers, Armel...) s'y sont essayé, nous sommes nombreux à avoir envie de tester cette nouvelle discipline.

Ainsi l'année dernière Sébastien S. et moi même avons fait notre première expérience en Bretagne, lors de l'Emeraude Swim Run (Côtes d'Armor) : 4.6 km de nage et 18km de CP. Très bonne initiation qui nous a donné très envie de remettre ça.
De son coté Alexis s'est tout de suite lancé sur une grosse épreuve :  la Gravity Race du lac d'Annecy, en octobre (37km  de CP avec plus de 2000m de D+).
Ces 2 premières courses avaient aussi été l'occasion pour nous d'échanger pas mal de conseils glanés sur internet et auprès des swim runners de la section.

Début d'année, alors que nos calendriers se constituent, nous repérons vite cette épreuve de Vassivière, pas trop loin de Paris, et intéressante par le parcours : un beau lac avec des îles dans un écrin de forêts.
Nos binômes respectifs de 2016 n'étant pas disponibles, avec Alexis nous décidons de tester l'aventure ensemble. RV à la cafétéria du 9ème étage des tours jumelles pour s'inscrire sans trop réfléchir. Dans la lancée, Alexis me parle d'une autre épreuve qu'il voudrait faire : l'Otillö Engadin, début juillet en Suisse, un coup d'oeil sur le parcours, les photos, et nous voici avec 2 épreuves au calendrier...

Mais revenons à Vassivière.
Le parcours du format M consiste en 1 boucle de 17.7km de CP et 2.8km de nage. Pour le format L, il faut faire 2 fois la boucle. La plus longue natation est de 670m, et la plus longue CP de 5.4km. Toute la course à pied se fait sur des petits chemins, assez ombragés, mais rarement plats.
Après quelques semaines de lobbying, nous arrivons à convaincre Benoit et Julien de se joindre à nous et d'inscrire leur binômes à la même épreuve. Cela nous donnera de l'émulation pour nous entrainer.
Entrainement justement, pour moi, il va falloir courir, mais surtout nager. Jamais fait une telle distance dans la même journée. Heureusement une ligne d'eau est réservée pour 6 mois à la piscine de Nogent-sur-Marne les jeudis midi, jour où en général je suis aux Dunes, ça va m'aider. Merci l'UASG, Bibi, Guillaume et Benoît pour cette nouvelle possibilité de s'entrainer à l'Est.
Bien sûr, aucun espoir de me rapprocher du niveau de nage de Benoit ou Julien... ni même d'Alexis, mais je vais essayer de ne pas être trop à la traine, et surtout de tenir la distance.

Les mois passent, la vitesse ne progresse pas, et nous n'avons toujours pas fait d'entrainement commun... Strava nous aide à suivre les sorties des uns et des autres, et à maintenir une saine pression.
Enfin le mardi qui précède la course, un créneau semble possible, et avec Alexis nous arrivons à aller à Torcy faire une petite séance de nage/course ensemble. Pas le temps d'ajuster notre tactique de nage pour rester ensemble, mais c'est toujours mieux que rien.

 Pas de clim, grosse chaleur, il faut s'hydrater !
Samedi matin, nous voilà tous les 4 dans la même petite voiture, en route pour la Creuse. Ca a du bon de ne pas transporter les vélos.
Un petit tour "Chez Alphonse" (merci Benoit pour cette adresse top) à Limoges , achat des derniers équipements dans une boutique spécialisée (voir photo du matin de course un peu plus loin), et le lac est là. La température est écrasante, la course à pied va être dure demain.

Première question combinaison ou pas ?

La question ne s'est pas vraiment posée entre nous. Ayant tous investi depuis peu dans des combinaisons de swim run, cela nous a semblé évident de les mettre. Chaque kilomètre nagé amortissant la combi...
La longue distance prévue militait aussi pour avoir une combi, de bien flotter, et donc de se ménager.
L'épreuve terminée, et vue la grosse chaleur, je ne pense pas que c'était une bonne idée de garder la combinaison. On aurait gagné pas mal en vitesse sur la CP, et on se serait moins déshydratés.

Longe ou pas longe ?

Veille de course, le briefing par Jean-Marie GUEYE
Ca c'est la question qui revient tout le temps !
Lors de mon premier SR, avec Sébastien nous avions fait un court essai pas vraiment concluant.
Alexis de son coté a testé l'an dernier, et a trouvé ça bien.
Benoit et Julien sont de gros nageurs, d'un niveau assez proche, et ne comptent pas en utiliser.
Lors du briefing de veille de course, c'est l'une des questions à laquelle Jean-Marie GUEYE (alias Akunamatata, animateur notamment du site SwimRun France) a répondu. Pour lui pas de doute, si les nageurs ont des rythmes différents, il en faut une.
Le matin du départ, Alexis prend une longe, la met autour de sa taille, et l'on se dit que l'on avisera plus tard.

Et les chaussures de running, ça va pour le swim run ?

Le matin du départ nous avons tous des chaussures de running standard, mais 37 kilomètres plus tard, les jambes plombées par le poids des pieds, je commandais une paire de Salomon Amphib dès le lendemain... Je vais passer de 700g la paire sèche (et sans doute pas loin du kilo pour la paire gorgée d'eau) à 440g, mais. A suivre sur la prochaine course.

Jour de course

Dicton : "Dimanche matin... on peut encore faire les malins !"
Dimanche matin, le vent souffle sur le lac. On est loin des vagues qui attendent la section quelques jours plus tard à  Deauville, mais cela donne quand même un peu de clapot qu'il faudra gérer. Il fait même assez froid au bord de l'eau, et c'est avec plaisir qu'on enfile les combis. Check des équipements, petit coup de bluff vis à vis du binôme concurrent, ("on vous attend à l'arrivée ?", ou "Bon à quel moment on vous donnera une petite claque en vous doublant ?") et c'est parti.

La course commence par une assez longue CP, avec de bonnes petites montées. Ca part vite... et le groupe des 500 participants s'étire. Au moins ça va éviter la bousculade sur la première nage.
Première nage, 500m. Et là, c'est déjà compliqué pour moi ! Stress du départ (ou plutôt de ces dernier jours qui ont été assez troublés familialement...) ? Départ trop rapide en CP ? Manque d'échauffement ? Et nous cas, les épaules ne tournent pas, et je n'avance pas. On se fait beaucoup rattraper, mais mon binôme ne s'énerve pas, et m'encourage tout en faisant bien attention de rester à mon niveau... pas facile pour lui.
Seconde course, et là, j'ai déjà les cuisses raides ! Abus des bons plats à la carte chez Alphonse ? mauvaise récupération de la VMA de mercredi (le 8 x 500m sur la piste de VdF avec Pascal et Sophie a été intense) ?
Là je me dis que la journée va être longue... très longue...
Seconde natation, cette fois avec du clapot.
Sortie de l'eau et nous retrouvons le binôme Julien+Benoit sur la plage. Je pensais qu'ils nous avaient doublés depuis longtemps et que nous ne les révérions plus. Cela nous motive, et nous enchainons la CP rapidement.
3ème portion de nage (il y en a 6 par boucle), Alexis propose que nous essayons la longe. Là ça change tout ! Déjà mes bras commencent à se réveiller, mais surtout, ça me permet de nager juste dans les pieds d'Alexis, et en restant dans sa trainée, de gagner beaucoup en vitesse avec un effort moindre. Je pensais que le drafting ça ne marchait qu'à vélo. Quelle erreur !
Fin de la première boucle
Bien sûr la longe c'est un peu agaçant, les plaquette s'y emmêlent assez souvent, surtout si l'on est pas parfaitement alignés. Mais tout bien pesé c'est très bénéfique. Juste prévoir une couleur de longe bien visible sous l'eau, et des mousquetons faciles à mettre et enlever (pas trop petits).

Tant bien que mal la première boucle se termine en 2h57. Juste sous les 3h, et sous le "cut-off" fixé à 3h15. Mais nous sentons que cela va être difficile de maintenir le même rythme sur la seconde boucle. Nous réalisons aussi à ce moment là, que la plupart des équipes s'arrêtent après ce premier tour. Long ravitaillement, et il faut bien repartir.
Nous partons alors à la chasse d'une équipe de féminines... qui a traitreusement profité de notre pause pour nous passer devant.
Mais c'est qu'elles courent bien (elles finiront 2ème équipe féminine) ! la longue CP de début de parcours suffit à peine pour les approcher. On retourne à l'eau, et commençons à prendre de l'avance (merci Alexis !). Mais voilà qu'elles aussi utilisent la technique du suivi rapproché, et viennent se frotter à moi (pardon à mes runnings) pour gagner un peu de vitesse !

Stéphane : les crampes ne sont pas loin...
Alexis la Gagne jusqu'au bout !

Les sections course et nage s'enchainent, et nous sommes toujours en compétition avec le Team Banana (c'est leur nom, je n'invente rien...) et avec un autre binôme Asterix et Obélix, que nous remontons bien, mais qui profite de ma baisse de forme sur la course à pied.
La course se termine par une natation de 410m, puis la traversée de l'ile aux serpents (sur 120m), et le sprint final de 440m de nage.
Alexis qui a l'impression de faire des efforts pour trop de monde et qui a toujours la "gagne", me glisse : "on donne tout sur le passage de l'île, sans décrocher la longe, et on se jette à l'eau pour finir sans personne dans nos pieds". Plus grand chose dans les jambes, mais on s'élance... nageons à fond, et sortons effectivement sur la plage finale quelques minutes devant ces 2 binômes !

Il reste 200m de plage pour rejoindre l'arche d'arrivée, nous ravitailler, et attendre le binôme Benoit et Julien... enfin pensons nous... car ils sont déjà sur la plage à nous accueillir ! Un peu trop frais pour être honnêtes. Ils ont préféré jeter l'éponge après une première boucle, et des CP jugées dures ! Les gars on compte sur vous pour finir l'an prochain avec nous, et sous la barre des 6h cette fois.

Mais alors, le swim run, c'est un sport de runner ou de swimmer ?

Au vu des résultats des 2 binômes UASG, désolé Julien et Ben, mais le swim run c'est d'abord une affaire de coureurs !
Mais bien sûr cela va dépendre des épreuves et de la distance relative dans les 2 sports. 
Des retours d'expériences ? A vos commentaires !

Et maintenant : Swim Run ou Triathlon ?

Mais pourquoi choisir ?
Les 2 bien sûr.
D'ailleurs, dimanche on se retrouve tous à Guéret, et le week-end suivant direction la Suisse pour tenter Engadin... même si les conditions météo semblent compliquées : toute cette semaine il neige sur le terrain de l'épreuve !

En guise de conclusion, et maintenant que vous savez tout sur le Swim Run, qui se lance ?
Et une idée : "Et si on faisait l'épreuve club 2018 à Vassivière ?" Du court, du moyen, et du long, il y en a pour tous les goûts.


Classement

Format LONG

  • 50 équipes inscrites
  • 1ère équipe en 4h40
  • 25ème équipe : Alexis et Stéphane en 6h09 (1ère boucle en 2h57)
  • 43ème et dernière équipe classée : 7h38


Format MOYEN

  • 200 équipes inscrites
  • 1ère équipe en 2h23
  • 89ème équipe : Benoit et Julien en 3h09
  • 183ème équipe et dernière classée : 5h25


Photos pendant l'épreuve : Stéphane COLLET, merci à lui d'avoir su capter les moments forts de l'épreuve...

Un remake de "l'inconnu du Lac" ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire