dimanche 28 juin 2015

Triathlon L de Beauvais 2015 - Que du bon

Voila un triathlon qu’il était bien !

2015 étant tourné vers des triathlons proches de Paris (1h max) pour éviter à ma compagne d’accoucher seule, j’ai fait le choix de n’essayer des petites organisations familiales style duathlon de Douai. Plus je pratique et plus je me sens proche de cela. Franchement quelle classe de mettre en place une épreuve dont le ravito final donnerait des sueurs froides à la WTC. Pour 80 € (de mémoire), on est content et on en a pour son argent.
Quand je repense à mon seul 70.3 à Anvers avec une inscription à quasi 200 € et des pastèques /gaufres à l’arrivée… mwais…
Sinon tout pareil, des bidons d’eau, d’énergie bien situés et idem en cap avec eau, coca, gels, bananes, oranges et saucisse-frites, bière à l'arrivée... Bref tout ce qu’il faut.
L’avantage quand on ne court pas vite, on remarque tous ces détails pour tuer le temps. Et quand ça dure trop, y’a toujours les kinés et les ostéos pour vous remettre sur pieds. Enfin ce qu’il en reste si on ne se coupe pas les ongles.

La nat se déroule dans un étang dont l’eau est plutôt propre et où l’on peut barboter sans trop s’ennuyer. Dans le pire des cas, on peut faire coucou à ses enfants qui s’amusent pendant que vous tournez les bras. Cela évite qu’ils s’ennuient en attendant le passage de papa sous l’arche et dont on ne sait quand il viendra.

Le vélo quant à lui a lieu dans la campagne picarde au milieu des champs et des forêts, tout en traversant quelques patelins qui font sourire les parisiens méprisants (et on était nombreux ce jour là, gnark gnark). Y’a presque 1000m de D+. Autrement dit, ça monte, ça descend, ça monte, ça descend. En plus y’avait du vent ce jour là. Beaucoup, énormément. Et en rase campagne, on le sent passer.

La partie CAP permet de visiter les bords du lac et le parc forestier. Accessoirement le vent fait office de ventilateur pour éviter la surchauffe. Heureusement pour moi, sinon…

En résumé, une excellente épreuve à l’organisation étonnante qui en fait un rapport qualité/prix bien au delà de ce que je connais. Rien ne manque, c’est étonnant.

Quant à moi, j’ai bien vu que les pros et autres stars au départ flippaient en me regardant du coin de l’oeil. Ils ont surement entendu que j’avais nagé 4 fois supplémentaire depuis Deauville, ce qui porte à 5 mon nombre de séances depuis le début de l’année. Ouais, ça rigolait moins.

Le vélo, ça a été vu que je ne me prends que 10 min par le premier pro.

Et en CAP, même si c'était mieux, je cours toujours 20 secondes au km plus lentement qu’en 2013, donc forcément j'ai de la peine à me trainer. A titre de comparaison, c'était mon allure à l'IM Copenhague, sur 42 bornes. Néanmoins, en progrès par rapport à Deauville, même si j’avais la trouille d’exploser en plein vol.

Pour expliquer ce regain d'énergie, faut dire que j’ai pu enfin dormir sans être réveillé la veille. Ca change tout d’être au calme dans un hôtel et passer une nuit tranquille de 6h consécutives. Le rêve…

Cependant, ça craint pour Zurich dans 3 semaines, faut être réaliste. Si je ne faisais pas le Norseman, je pense que je déclarerais forfait pour choisir Vichy. Ce ne serait pas de trop 1 mois de prépa supplémentaire.

PS : Triathlon de Compiègne (60€) à tester l'année prochaine. Beauvais est déjà coché. Vous y êtes cordialement invités. Sur le tris XS/S également.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire