mercredi 1 mai 2013

Ma 1ère cyclosportive, la Vélostar - by Bertrand P

Mercredi 1er mai 2013, jour férié. Le réveil sonne à 6h. J’enfile mon cuissard-pantalon et deux maillots manches longues, il a plu cette nuit et le ciel s’annonce gris. Direction Marcoussis pour la Vélostar petite formule (95 km + 7km à cause d’une déviation), ma première cyclosportive.

 Je prends le RER B, Orsay-Ville, puis 10 km pour rejoindre l’orangerie du parc des Célestins et retirer mon dossard. Ambiance sympa, beaucoup de coureurs, pas mal de maillots de triathlètes au départ des 100 km. Quelques équipes, tous les âges, peu de touristes. Et moi, 600 km au compteur de mon vélo, il faut bien commencer quelque part.

 Le départ est donné par Monsieur Raymond Poulidor, ci-dessous en compagnie de Lucho Leblanc.


 La course sur 165 km part à 8h35 (322 engagés, dont qq pros comme par ex. Tony Gallopin de RadioShack). Personne de l'UASG. La course sur 100 km part 5 min plus tard (287 finiront). Ca part vite (je trouve), mais on m’avait prévenu. Je m’accroche, un groupe se forme à la première bosse, et la course s’installe.

 Au 30e km, du côté d’Etampes, les deux parcours se séparent. Encore 70 km à droite, 135 à gauche, ne pas se tromper.

 Au 50e km, vers 10h, la pluie tombe, et le vent s’intensifie. Ca ralentit un peu, je crois. Même en côte c’est finalement presque sympa d’être dans la forêt, abrité plutôt que sur une route exposée en plaine. Mérobert : Les villages ont des noms marrants. J’ai l’impression que tous les coureurs sont à fond et un peu à bout, j’en dépasse quelques-uns dans les montées mais en peloton ils gèrent mieux et me reprennent. Impressions trompeuses, ça roule facile, puis ça accélère...

 Au 80e km, après avoir fait pas mal de yo-yo avec un petit peloton, je décroche. Je roulerai seul jusqu’à l’arrivée. Sur le coup je me dis que c’est très bien pour l’entrainement, mais je regrette dès la première bourrasque, et ralentis considérablement. Les km n’ont jamais été si longs.

Au 90e km je me reprends un peu, pour en finir avant un peloton fictif que j’imagine débouler juste derrière moi. Surprise, l’arrivée est 1km plus loin que prévu, au sommet d’une dernière petite cote, sympathique.

 152e in fine, en 3h20, à 28.4 km/h de moyenne. Le meilleur a mis 2h41 (il a 25 ans). Le dernier classé (287e) 5h59.

Sur le parcours de 165km, le meilleur met 4h21. Le dernier classé (284e) aura mis 6h40.

 Ce que j’en tire:

  • L’organisation était super sympa. Motos pour guider les pelotons, bénévoles à tous les carrefours, ananas et plateaux repas à l’arrivée.

  • Sur tout le parcours on aura eu un vent de face, et j’ai l’impression que c’est souvent comme ça en vélo !

  • Il va falloir encore du temps, de la technique et des sorties longues avant que je puisse m’aligner sérieusement sur cyclos.

1 commentaire:

  1. Belle première expérience !
    Heureusement que tu n'as pas testé sur la Lière-Bastogne-Liège ... qui n'a de cyclo que le nom, parce qu'en dehors de pros le Dimanche sur la 270 km, les "amateurs", éclairés ou pas, qu'ils s'alignent, le Samedi, sur la 270, la 170 ou la 79 comme moi, c'est DANGEREUX et super mal organisé ... que dis-je ? pas organisé du tout ! routes ouvertes, pas de moto, 1 seul ravito sur la petite version, au km 35 (donc, bien avant la moitié et toutes les difficultés du parcours), juste avant la première difficulté (côte de la Redoute http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4te_de_La_Redoute), pas de ravito à la fin, que du bonheur !
    Bonne récup et ... vite, il faut remonter sur le vélo pour continuer l'entrainement :).
    Ermanno

    RépondreSupprimer