mardi 8 janvier 2019


Duathlon Cross Torcy   (06/01/2019)


Voici un petit CR rapide sur mon premier Duathlon Cross à Torcy. 3ème édition de cette course, je n’ai pas connu les éditions précédentes donc je ne pourrais comparer, mais je pense qu’ils ont appris de leurs erreurs passées : cette édition est exemplaire d’organisation. Seule la communication des infos est manquante par mail en amont de la course, mais ça reste du détail^^.

Contexte

Après ma première expérience en triathlon Cross en Septembre dernier à Jablines (2018), et une entrée dans la section quelques jours avant (Sept 2018), c’est tout naturellement que j’ai planifié ma première année de Triathlon en la greffant au planning existant (Athlé / Trail/ Obstacles/ Vacances/ Famille 😊).
J’ai donc scruté le « Calendrier A » afin d’y trouver mon quota de courses et mon premier Triathlon M ! Je me suis fixé Triathlon M en 2019, et IM70.3 en 2020 (Les Sables).
Bingo ! Duathlon Cross à Torcy. C’est à 10min en voiture de la maison, ça prendra à peine plus de temps que mes sorties longues du dimanche. Ça permet de se remettre en marche pour l’année 2019 après un mois de Décembre « REPOS » (mois sans compètes) et de grosses fêtes.
Pour anecdote, le reste de la saison se fera à Obernai avec le club, et à Jablines en Septembre. J’hésite beaucoup pour la Gravity Race à domicile (Jablines) notamment à cause de l’investissement des shoes…

Duathlon

C’est parti pour le Duathlon cross. Ne connaissant que le triathlon cross, on remplace mon plus gros défaut par du run : à la bonne heure !
Bon à la différence de Jablines, je ne peux pas me rendre au parc à vélo, en vélo depuis la maison, il va falloir charger la bagnole. Une bâche, la roue avant démontée (plus facile avec un frein à disque) et ça passe ! Faut quand même pas être 2… Certes c’était dans la p’tite C3, mais je doute que dans le C5 on puisse caler 2 vélos + 1 copain à l’avant => il faut que j’investisse dans un porte-vélo, j’ai déjà les attaches sur les 2 voitures… BREF à voir avant Obernai ^^’.
Autre différence, fini le confort de s’habiller à la maison tranquillou, d’y aller direct et d’avoir la famille avec tout le change à l’arrivée. Je mets une partie de l’équipement sur le dos, simple survêt et j’embarque tout ce que je pense nécessaire Avant/Pendant/Après la course dans une caisse Curver.
Premier Duathlon je ne sais pas comment m’habiller. Il caille pas mal, mais j’ai vite chaud sur les courses. Je veux bien représenter l’Uasg, mais avec juste un débardeur et un maillot Trail les options sont restreintes.

8h25 : Départ de la maison
8h40 : Arrivée sur site (Gros trajet 😊)
8h45 : Direction la récup’ du dossard, je rencontre Eam-Hav parmi les bénévoles, et Pierre avec son dossard. Limite max 9h00, ils ont prévu large quand même…
9h00-9h30 : Petit échauffement avec une veste à vélo sur le dos, à ce moment-là je compte courir avec sur le dos pour être bien sur le vélo
9h30 : Fin de l’échauffement, je me rends compte que je vais crever de chaud pendant les Runs, et il faut représenter l’UASG quand même bordel. Je décide donc de mettre le maillot de Trail qui a des manches un peu plus longues et pourra limiter la casse (vent) en vélo.

9h45 : Briefing. Le 2ème de ma vie de triathlète ma foi, plutôt clair et nécessaire vu les obstacles annoncés en vélo et mon absence de reconnaissance du terrain. Savoir que la boucle de Run est composé d’1km aller de bitume et 1km retour de terre c’est bon à savoir avant, et surtout le bac à sable et les passages à vélo.
9h55 : C’est parti pour se placer à l’arche de départ, fin d’échauffement, tout le monde fait quelques lignes et gammes, et ça se bagarre pour être placé devant. Même si Eam-hav aurait bien aimé que j’en pousse 2/3 pour être sur la photo (UASG), je laisse les cadors se tirer la bourre, et je reste avec Pierre en embuscade juste derrière l’arche.

Départ

10h01 : Top départ ! Ça part à fond de balle ! Et je me laisse un peu aspiré (le con^^’). Rythme au départ relevé par mon pote Polar : 3’00. => Heu mon coco tu vas calmer ta joie, tu tiendras pas longtemps et tu finiras jamais 😊. Petit à petit je laisse partir devant pour réduire à mon allure10 du moment (ou celle espérée) : 4’15.
J’me dis « Il sera toujours temps d’envoyer du pâté sur le dernier run de 2km, pour l’instant tu dois taper 4km jusqu’à ton VTT mon coco, et pour rappel au triathlon tu étais arrivé Carbo après la nage…j’dis ça j’dis rien… »
Un premier tour bouclé, je m’accroche à ceux de devant et je jauge leur allure pour voir si ce seront des bons lièvres ou des personnes à dépasser. Le tour est bien organisé, c’est reparti pour un tour, il y a nettement moins de monde que sur le départ c’est bien épars. Je remarque que la boucle était un peu plus longue que prévue 4.4km, c’est pas fou mais sur un sprint ça peut piquer. Je me garde ça en tête pour le sprint final.
Deuxième tour un peu dans le dur sur la fin, et zou direction le Parc à vélo ! Nettement moins cramé qu’avec la nat’ du premier triathlon donc plutôt rassuré.

Transition 1

Il n’y a rien à faire, c’est top. Un bonnet de casque, un casque, les lunettes et les gants, et Hop ! C’est parti, je récupère du souffle et c’est très rapide 😊. Pas le temps de regarder le nombre de vélo, j’ai vu une bonne meute me distancer en Run au départ, donc j’imagine être dans les 90/150 à ce niveau-là.

VTT

Casque vissé, Pied à terre, je me dirige avec le vélo à la main vers la sortie, petit rappel à l’ordre de loin « dossard dans le dos ! ». J’allais le faire mais merci pour le rappel m’sieur, je tourne la ceinture porte-dossard et je rejoins la zone où je vais pouvoir enfourcher mon fidèle destrier ^^.
C’est parti pour l’inconnu ! A part les quelques chemins sur lesquels j’ai pu m’échauffer c’est l’inconnu. J’ai quand même remarqué (comment le rater) le grand passage sur la plage, juste avant une grosse montée (je n’avais pas anticipé la difficulté).
Ça picote. C’est bon, mais ça picote 😊. Allez on lance les jambes et on y va, quelques passages un peu merdiques avec de la boue, quelques experts du VTT qui doublent (dans les règles) à fond de balle, mais je trouve mon rythme. J’essaye de m’accrocher à celui devant moi, j’en double quelques-uns à la peine. 
Il y a bien des passages « techniques/piège » mais ça se passe sans encombre, la fin du premier tour arrive avec le premier combo « Grosse montée / Léger Plat / Grosse descente / Plage / Grosse montée / Grosse descente / Parc à vélo ».
Je ne tente pas de rouler dans le sable c’est bien trop profond pour espérer en tirer quelque chose. On court avec. Merde grosse montée derrière, on essaye de mettre les petites vitesses et on monte sur le vélo. Je décide de rester sur le vélo quoi qu’il arrive.
Grosse descente derrière et le premier tour est bouclé.
Le deuxième tour les jambes commencent à gueuler un peu mais la motivation permet de s’accrocher. Globalement depuis le début j’ai dû me faire doubler presque 10 fois, en n’en doublant que 2/3. Un moindre mal.
Deuxième tour je gère mieux le passage sur le sable, et je fais la montée en courant, je gagne un temps précieux !
Et c'est l'arrivée au parc. 

Transition 2

Comme la première transition mais on pose tout sur le vélo et on y va 😊 ! Rapide et efficace.

Run 2

On retrouve la sensation dans les jambes. Celle lorsqu’on court après être descendu du vélo 😊. Ça pique oui mais ça passera vite. La fatigue est quand même là, les concurrents du jour ont une cadence nettement moins élevée sur le run, et j’en fais de même d’ailleurs il faut quand même sortir 2km : 4’45. Je conserve mes marques habituelles en Run et gère de la même façon. Je connais maintenant la boucle qu’il me reste à faire. Je gère mon avance sur les poursuivants et je rattrape ceux qui faiblissent devant.
Les derniers à qui je recolle ne lâchent pas facilement le morceau, je m’y greffe. Comme à mon habitude, vers la fin, que j’estime à 300m, j’envoie ce qu’il me reste sous la semelle et je passe celui devant moi dans les derniers 100 mètres.

Arrivée

Une bonne chose de faite ! C’était cool ! Je crois que ce rendez-vous pourrait devenir systématique tous les ans 😊.Ravito Coca, galette, je bouffe comme 12 comme après chaque épreuve ^^’. Pas de FanClub comme à Jablines, mais Eam-hav nous a attendu avant de rentrer c’est sympa.
L’orga a prévu un passage au Karscher c’est hyper agréable, j’irai récupérer mon vélo dans le parc, petit tour au lavage express, et retour à la maison. A la maison à 12h, à peine plus long que mes SL du dimanche. ROYAL ! A la prochaine !
Nico

mardi 16 octobre 2018

Natureman 2018 - CR express par Eric.

Sommes de retour sur Paris.
Journée de warrior. Quand tu arrives à un Triathlon en pleine nuit, qu'il pleut, et que tu te demandes ce que tu fais ici !
Dans le parc à vélo Etienne a dèjà la combi et fait sa tête des mauvais jours. Mag qui boude et qui a froid...
Bref le moral est au fond des chaussettes elles mêmes toutes mouillées.
Heureusement que l'eau du lac est à 19C ça réchauffe un peu.
A la transition la pluie est encore plus forte et les temps des transitions s'allongent.
Pour ma part pas de sensations en velo... je vais même me faire doubler par Stephane (c est dire!😅) avant de crever apres 8km. Reparer sous la flotte et dans le froid... c est dur pour le moral.
Vu les conditions météo, les 90km de vélo dans les Gorges se sont transformés en 2 boucles de 25km pour environ 900 de D+.
Au 2ème tour la pluie s'est arrêtée.
T2 dans gadoueland et c est parti pour un cross de 21km. Certains y ont laissé une chaussure dans la boue si ce n est pas un cheville en vrac.
Mon chrono est pourri mais je suis satisfait d'avoir été jusqu'au bout.
Coté résultats Etienne a croqué Vincent vers de Km 18. Ils sont à 1mn d ecart à la fin 👍🏻
Etienne fonce vers l'arrivée !

Stephane réalise une super perf, suivi de prêt par Aurelien le VTTiste (il est prometteur !).
Charles-Louis ne m'a laissé aucune chance en Cap (pourtant je me suis accroché). Carine est remonté sur Mag pendant la CAP mais elles terminent toutes les 2 à seulement 4mn.
Carine va t'elle rattraper Mag ?

Seul déception pour Guillaume qui a du abdiquer après 25km de vélo en mode congélation (aujourd’hui il fallait être bien couvert ou avoir du gras pour survivre).

Bon nous sommes tous sur le retour et il n y a pas eu d accident dans l'équipe. C'est le principal.

samedi 13 octobre 2018

Nouvelles Expériences


Bonjour

Sur ce que j'ai pu lire sur ce blog, c'était assez impressionnant en terme de performance.
Ce que je souhaite partager avec vous aujourd'hui n'est pas une performance mais une nouvelle expérience et un encouragement sur le travail et l'animation faite par l'association. Je suis un nouvel adhérent ce qui m'a permis de rencontrer BiBi qui m'a accueilli avec énormément d'enthousiasme. Et lors de cette inscription elle m’a proposé directement de m’inscrire au Cross Triathlon (X-Tri) de Jablines, n'ayant jamais fait de VTT je n'étais pas très chaud mais bon l'enthousiasme de bibi on fait que je me suis inscrit.

Il me restait 5 semaines pour apprendre à faire du VTT. Je me suis donc astreint à une sortie par semaine dans le bois de Boulogne avec Le VTT de famille (20 ans d'âge).

Entre temps j'ai essayé de comprendre comment fonctionnait l'association, je me suis discrètement "incrusté" dans les différents groupes WhatsApp et les propositions sportives n'arrêtant pas de fuser, une a retenue mon attention en particulier. Le duathlon du stade français, qui avait lieu le Samedi juste avant le X-Tri de Jablines. Après un petit sondage auprès de mes proches sur le risque d'enchaîner 2 courses en un week-end, et la réponse unanime : c'est pas sérieux mais si tu en as envie fais le. Je me suis donc inscrit avec l'idée en tête que faire son 1er Duathlon et son 1er X Tri dans un même WE cela avait de la gueule.

Duathlon Stade Français

Accélérons le récit, nous sommes le Samedi 29 11h30, j'arrive sur le lieu du duathlon, l'organisation made in Stade Français est top, je me prépare et rejoins la ligne de départ. Là je commence à gamberger vu le petit nombre de participants sur la ligne de départ et je me revois sur les courses à pieds bretonnes, où parfois je me suis retrouvé avec 150 fous furieux qui étaient là pour en découdre. Mes craintes se sont avérées réalités, lorsque lors du 1er km et à une allure de 4'10 je me suis retrouvé en queue de peloton, cela m'a vite calmé et je suis redescendu à une allure plus convenable pour moi. Une fois la 1ère partie de CAP finie j'ai attaqué le vélo et comme tout bon sportif légèrement dilettant, je ne m'étais pas intéressé au parcours, grave erreur. Le parcours était composé de 4 tours sous la forme d’une croix : 4 épingles à cheveux dont 2 en descente, ce qui a fait 16 épingles à cheveux pour 20 km. Un vrai martyre pour quelqu'un qui a commencé le vélo de route il y a 2 ans. Mais bon l'avantage de ce type de circuit c'est que l'on voit les avions qui forment le train de tête et j'avoue être admiratif de leur dextérité. Mon objectif après le 1 er tour était de rester sur le vélo et de prendre confiance. Une fois Le vélo posé il restait plus que 2,5 km à parcourir de façon relax car pour moi le plus dur était derrière. Ce qui m'a permis de rattraper quelques places et j'en avais bien besoin.


La première partie du week-end terminé il fallait se projeter sur l'épreuve du lendemain et de toutes les surprises.

X-Tri Jablines

Dimanche après-midi, je me retrouve donc sur la ligne de départ pour un 450 M de natation, distance inconnue pour moi. Mais je décide de garder ma tactique habituelle de nageur débutant, je pars en queue de peloton et je repère un roi de la brasse que je colle au train pour me diriger. Tout se passe bien jusqu'au 300 M où la le souffle commence à s'emballer. Mais bon je gère les derniers mètres. La transition se passe ni bien ni mal et là l'enfer commence pour moi.



Le parcours pourtant dit facile n'a rien à voir avec mes 3 sorties de préparation aux bois de Boulogne, mon VTT s'avère être une vraie savonnette et pour finir à chaque changement de vitesse j'avais l'impression que la transmission allait rendre l'âme. C'est donc ça le VTT, on ne m’y reprendra plus, la prochaine fois ce sera avec un vélo adapté et une vraie préparation.




Le vélo posé en un seul morceau ainsi que l'homme, la course à pieds m'a permis de rattraper pas mal de monde et de bien m'éclater, et la cerise sur le gâteau un soleil magnifique et beaucoup de monde sur le parcours CAP.





Donc voilà je sais ce qu'est un duathlon et un Cross Triathlon, maintenant il me reste à découvrir l'Aquathlon et surtout le swim-run, mais bon vu mon niveau en natation ce n'est pas gagné.


Je remercie l’association qui m’a permis de découvrir ces nouvelles activités. Il me reste plus qu’à croiser d’autres membres de l’association.


A Bientôt


Eric

samedi 6 octobre 2018

Triathlon de Jablines -- découverte du triathlon -- Cross S

Premiers pas dans le monde du Triathlon
 Jablines Cross S 30/09/2018


Contexte

Pour poser le contexte, j’étais un coureur occasionnel entre 2013 et 2016, je me traînais en footing 2/3 fois par semaine. Bon vivant et amateur de malbouffe, je courrais donc pour l’entretien, le plaisir de courir et le maintien du poids déjà bien élevé à l’époque : au-delà des 100kg, presque 108kg si l’on remonte à 5 ans.

**Début 2016, je me remets sérieusement au sport, pour perdre du poids et ce sont mes premiers challenges qui apparaissent en course à pied avec des semi-marathons à la clé. Des temps anecdotiques mais qui ne sont pas ma priorité de l’époque. De challenge en challenge, vient naturellement l’envie de me dépasser et de descendre régulièrement mes temps au semi.

**Septembre-Octobre 2017, je suis descendu à 98kg, mais j'ai toujours une grosse motivation.
Premiers entraînements sur la piste au Tiec. On découvre la VMA et on s’y tient sérieusement tous les mercredis.

**Novembre 2017, semi de Boulogne, les objectifs annoncés par Gilles sont clairs, il va falloir descendre sous les 1h50 pour pouvoir faire partie de l’UASG. Je boucle le semi en 1h42 et suis accepté à l’UASG le soir même. (et j’entraîne les copains avec moi dans la vague => le groupe initiation VDF se créé^^).
Une année complète en tant qu’Uasg, avec très peu de séances VMA ratées, des courses courues très régulièrement, des PR systématiques et donc des temps aux 10km et Semi descendus. « Forcément en partant de si loin » me direz-vous 😊.
Premier marathon à Paris aussi, en 2018, premier plan d'entraînement marathon sérieusement suivi à la lettre pednant l'hiver, et un résultat anecdotique de 3h53, mais content de ma première marque (à 92kg).

Régulièrement en quête de nouveaux challenges, j’agrémente mes plannings Courses avec des Trails (on parle ici de « bébés trails » voire plutôt de « Courses nature », peu de D+ et distances raisonnables. Bref rien d’extraordinaire). Toujours pour le plaisir, aucun objectif de malade en vue, ou une échéance Trail importante à court terme. (à voir dans les années à venir).
J’ai la chance d’habiter à 2 pas d’une base de loisirs (Jablines) qui organise régulièrement des événements de tout genre : Spartan, Triathlon cross, Courses fun, swimrun etc… J’ai déjà pu souffrir sur une spartan en Juin 2017, et j’ai remis ça au même endroit avec un entraînement bien plus sérieux en septembre 2018. Nouvel objectif Spartan stade de France en Mars 2019 encore plus affûté.

Triathlon ?

Début 2018, me voilà inscrit pour le triathlon de Jablines fin septembre 2018.
Initialement, un simple challenge entre amis, une petite course pour le fun « quitte à souffrir en natation, on y va pour s’amuser ».
C’est un sport qui m’attire énormément mais qui demande aussi beaucoup de temps et d’investissements. Il sera temps d’y réfléchir plus tard… c’est cher non ? ce n’est pas vraiment compatible avec ma vie de papa si ?
Mais je me rends compte qu’il va être difficile de prendre du plaisir sur ce challenge si je ne maîtrise pas au moins le basique de la nage. Je pars de quasi 0. En tout cas pas d’appréhension, mais technique nulle en brasse et en crawl, je sais sprinter comme un âne pour aller chercher un ballon pour les jeux apéros à la piscine, guère plus 😊.

Nage

Je me décide à trouver des cours persos de natation, avec objectif full crawl pour le tri. Juin pour Septembre : beau challenge pour trouver un prof…. Avec les cours de natation pour les enfants avant l’été… J’en trouve néanmoins un très bien, et pas loin de la maison, qui serait dispo pour me faire un cours par semaine, pendant ma pause du midi de télétravail.
Je pars de 0, j’apprends tout, la respiration, ne pas battre des jambes (très légèrement pour la flottaison je ne vous apprends rien), le positionnement dans l’eau, des bras etc... Avec un coach qui scrute tous tes défauts et qui te les fait bosser l’un après l’autre, force est de constater de ça s’améliore. Et ça se voit (vidéos à l’appuis).
On est loin d’avoir une belle glisse, ou de sortir un nouveau champion en 2/3 mois évidemment, mais à priori ça ne ressemble plus à un phoque qui essaye de survivre jusqu’à l’autre berge, ou qui va chercher la victoire pour l’apéro gratis^^.

VTT

Aucune préparation spécifique VTT, je fais quelques sorties un peu plus poussées à Jablines le week-end. Je me mets également au vélo route, avec un ancien triathlète qui va réintégrer un club vélo. J’apprends surtout l’effort sur route, et non le VTT.

CAP

Seule prépa spécifique triathlon, mes sorties longues du week-end sont transformées en « Sortie Vélo + CAP » avec le minimum de temps de transition à la maison pour se changer. Cela me permet de bien sentir comment les jambes se comportent après un effort vélo sur une sortie CAP. 


1er Triathlon – Jablines Cross S


Me voilà parti pour ce nouveau challenge !
Habitant à 2 pas, petit aller-retour pour venir chercher le dossard à l’ouverture 13h00, et hop retour à la maison pour se préparer tranquillement. Le parc à vélo ouvre à 13h30 et ferme à 14h45. Le briefing sera à 14h45, et le départ de course prévu à 15h.
Bref je prépare toutes mes affaires à la maison, dernière vérif sur le VTT, le casque les lunettes, la combi les lunettes, tout y est, RAS.
Je passe chercher le copain en vélo, en espérant ne pas crever sur les 2km qui nous sépare du parc à vélo, c’est en descente pour arriver à la base, on fait tourner les jambes doucement, c’est pas loin.

14h15 Parc à vélo

Petite excitation à l’approche du parc à vélo et de la suractivité qui y règne. On rentre à pied à terre avec le vélo sous le bras. Premier stop : il manque un point de fixation à votre dossard. Beh oui sur le porte-dossard pendant mes runs j’ai 2 attaches, mais là il en faut 3 c’est le règlement. Heureusement j’ai toujours une épingle à nourrice sur le porte-dossard, je créé mon «3ème point d’attache au milieu en 2 secondes. C’est validé, je rentre sur le parc à vélo.
102…102… c’est où ça… y a que des chiffres impairs j’comprends pas… Beh oui Duc*n, je me rends vite compte que c’est recto verso. Allez zou 2ème rangée, quasiment à l’entrée côté Nage c’est parfait.
Premier défi, accrocher le vélo, je m’attendais à l’accrocher suspendu par la selle. Beh nan, un système d’accroche par l’arrière du vélo, sûrement très connu mais il m’a fallu copier sur un voisin pour piger comme mettre ce truc ^^.
Encore une fois, on copie sur les copains, certains ont même installé des tapis estampillés de marque de Tri très connues…pas très rassurant mais on va optimiser au mieux pour faire des transitions rapides et efficaces : serviette posée à plat, t shirt en évidence sur le guidon, casque en évidence dessus aussi pour le mettre avant de prendre le vélo, les chaussures et chaussettes en place juste après le séchage des pieds…. Je m’imagine sorti de l’eau, je visualise dans ma tête les gestes qui me seront optimaux, et la position des affaires aussi.
Combi enfilée au niveau des jambes, c’est bientôt l’heure, je patiente, je range le sac des autres affaires dans l’espace prévu pour, à l’autre bout du parc à vélo… RAS on attend 14h45 !

14h45 BRIEFING

Rien de sensationnel, on apprend juste que l’on va avoir un peu plus de 450m de nage (contre 400 prévu initialement), et qu’ils nous auront à l’œil sur le respect des autres parce que ça c’est bien fritté sur le M le matin même… C’est à ce moment que je me rend compte du monde. Mais pas de paniques, il y a les bonnets vert (homme indiv), les bonnets roses (femmes indiv) et les bonnets blancs (relais), ça permet de relativiser le départ dans l’eau.
On nous annonce 20.6°C dans l’eau, moi qui était venu m’entraîner à 18°C ou moins les semaines précédentes, je me dis chouette un bon petit bain.

14h50-55 Direction le départ

Premier contact avec l’eau. Sûrement le fait de cuire pendant le briefing : ELLE EST FROIDE ! (et je suis pas frileux^^). Après 5 min à barboter, c’était effectivement le fait de cuire dans le parc à vélo, elle n’était pas si mal finalement.
On ne traîne pas dans l’eau. J’écoute les conseils que l’on m’avait donné. J’ai pris l’habitude de respirer à droite. Je me positionne donc rapidement sur l’extrême droite de la ligne de départ. (ça n’empêchera pas un ou 2 cocos de me doubler par la droite : c’est l’jeu ma pauvre lucette).
Je dois avoir 2 ou 3 gus sur la droite devant moi, s’ils partent vite je serai royal derrière. Avec des plots sur ma droite pour délimiter la fin de la ligne, personne n’ira chercher à passer devant moi, surtout avec un juge arbitre dessus 😊. Des photos pour la forme, j’ai des supporters puisque je suis « à domicile ».

15h (à peu près) DEPART

Ça part fort, allez zou on se jette dans le bain. Quelques foulées pour atteindre la zone où l’on peut nager. C’est impressionnant, premiers coup de bras dans l’eau en compagnie de ma machine à laver :D. L’eau habituellement si claire (au moins au bord), on n’y voit rien. Ah si : On y voit les copains les plus proches ! Heureusement pour moi, 1 ou 2 fusées maxi me double par la droite, sinon ça nage vite devant, et derrière cela ne me gêne pas trop pour le moment.
Je tiens en respect les copains qui sont à ma gauche, j’écarte du bras ceux qui se perdent sur ma droite (oui j’ai levé la tête, pas question de me laisser dévier par ceux qui se perdent en chemin). Par contre derrière, je sens nettement des gars qui essayent de me nager dessus délibérément ou qui m’attrape le pied ! PAF PAF PAF quelques battements de jambes qui les calment rapidement, je ne sens plus aucune activité derrière moi 😊. Bon par contre je le paye cher sur mon souffle et mon cardio. Oui si on t’apprend à pas battre des jambes, ce n’est pas pour éviter de faire des vagues…
Tant pis ! Je continue on ne relâche pas l’effort. Sur un marathon au 30ème on peut se dire « tu t’aies pas cassé le cul pendant quatre mois, et sur les 30 derniers kilos, on lâche rien ». Pareil pour cette course : « tu t’es fait chier à apprendre le crawl, à faire des transitions et entraînements couplés, c’est pas pour relâcher ! ».
Première bouée ! C’est la guerre mais ça passe, petite brasse de temps en temps puisque pas d’espace pour nager correctement, mais finalement pas nécessaire. De bonnes sensations, pas autant de souffle qu’à l’entraînement, mais c’est sûrement à cause des battements de jambes…
Deuxième bouée ! Virage nettement plus serré mais il y a nettement moins de monde c’est cool ça passe sans mal. C’est le Sprint final.
Sortie de l’eau, je respire enfin ! Certains courent déjà, je me relève vraiment quand mes mains touchent le sol. Je lève la tête et je vois toute ma petite famille avec mon fils qui crie « allez Papa ! », ça rebooste un max ! Comme quelques jours plus tôt, petit footing pour sortir de l’eau en enlevant le haut de la combi. RAS de ce côté-là. Dur de retrouver son souffle… cette nage m’a vraiment crevé !


Transition 1

Arrivé dans le parc à vélo, je retrouve rapidement mon petit chez moi. J’enlève la combi en vitesse, j’essuie mes pieds, je m’équipe assez rapidement, peut-être trop rapidement. J’ai du mal à trouver un second souffle pour repartir comme une balle sur mon VTT.
Le casque est vissé sur la tête, les lunettes, le t-shirt les chaussures ? Zou ! Direction la sortie du parc à vélo, avec ce dernier à la main. Le parc est quasiment vide de monde et plein de vélos ! Ça me rassure et je me dis que finalement je me suis pas trop mal démerdé en Nat’.

VTT

Une fois passé la ligne de « pied à terre », j’enfourche le vélo pour suivre le copain devant moi. Les jambes répondent bien, mais je vois tout de suite que les gars ne sont pas là pour faire une promenade.
A peine sortie du parc, des petites montées pour calmer les jambes… allez on y va c’est parti. Les longues lignes droites permettent d’envoyer un peu de vitesse, mais le terrain bosselé de partout calme le jeu… Ca pique ça brûle. Je me dis qu’il aurait peut-etre fallu préparer le VTT aussi 😊.
Je relance en permanence, je me fais doubler par des gars à toute berzingue, j’essaye d’accrocher des roues rien n’y fait à la longue ça ne peut pas suivre je reste raisonnable. Je me fais alors dépasser par les copains de l’UASG (l’un après l’autre, quelques minutes d’écarts), j’en profite pour les encourager, et les suivre ! Mais bon je ne sais pas ce qu’ils ont mangé à midi, ça envoie du lourd.
Je continue, des passages techniques, des passages étroits (que je connais par cœur en CAP), ça me permet d’éviter quelques pièges et de ne pas perdre trop de place. J’ai finis dans le top30 Nage, et mon classement final se fait ici (58ème), sur le VTT.
On revient au parc à vélo. Enfin !


Transition 2

Allez, il n’y a rien à faire, je descends du vélo, je pose le casque les lunettes et… je suis prêt ! Je marhce tranquillement vers la sortie du parc, pour respirer. Je revois mes objectifs dans la tête. Le parc est pas mal vide, cela rebooste, je prends alors le temps de respirer. Je repars finalement en 2min comme pour la première transition, ça m’a fait du bien.
Place à la CAP maintenant, je ne suis pas un cador mais je connais ! (et je connais les lieux)


CAP


C’est parti kiki ! Mon corps me fait rapidement comprendre que pour une allure AS10 sur un tri, il faudra patienter encore, je réduis l’allure à 4’45, et je me dis que ce ne sera pas mal, que j’enverrai la gomme sur la fin comme j’ai l’habitude de faire.
Pas de réels soucis sur ce parcours. Deux boucles de 2 kms. Evidemment j’en chie, mais c’est une sensation que je connais, j’en chie mais je kiffe (maso le type ? ^^). Les passages dans le camping de la base me font du bien, ravito à l’entrée et à la sortie (COCA + eau) ça me donne l’énergie qu’il me manquait.
Premier tour fini, on me file un bracelet au bras, allez on y va, 2 kils c’est de la promenade ! J’accélère à peine 4’40 ou 4’35. Ravito qui fait du bien, ça sent le sprint final mais je ne sais pas exactement quand. Je connais pourtant les lieux mais je ne cours pas souvent dans ce coin surexposé, donc j’en garde sous le pied et….

ARRIVEE

MERDE c’est l’arrivée ! Go go go, déçu de sprinter si tard (à peine 100m). Bon.. à quoi bon, on finit tranquille pour les photos 😊.
La petite famille est aussi à nouveau là, c’est super ! L’arrivée déjà ! La montre ?! Objectif kiff OK. Objectif temps (sub1h) OK ! Au top !

Je n’en resterai définitivement pas là. De nouveaux challenges, maintenant le Cross Triathlon s’installera tous les ans « à domicile », et il va me falloir continuer à bosser le vélo route pour découvrir le monde du triathlon sous sa vraie forme 😊.

Nico